Les artistes du Festival 2014

 

Plan du village et des lieux d'exposition...

 

...........................................................................................................................................

 

 

LES ARTISTES DU FESTIVAL DU PEU 2014...

 

 

Edmond BAUDOIN

 


Dessin extrait de Viva la Vida
Baudoin et Troubs, éd. L’Association, coll. Ciboulette, 2011

 

Edmond Baudoin © Vincent Josse
 

Je suis né à Nice, et enfant, j’allais à l’école Bishoffsheim (fin de Riquier, début de Saint Roch), j’étais mauvais élève, très, j’ai redoublé deux fois, je ne savais que dessiner et rêver. Ma mère s’arrachait les cheveux.
Et elle est morte avant de savoir que j’allais être trois ans professeur dans une université du Québec.
C’est un cadeau que j’aurais aimé lui faire. Ça sert à quoi ce que je dis là ? Juste qu’il faut aller au bout de ses rêves d’enfant, ne jamais les abandonner.
Je voulais dessiner et le dessin a fait que ma vie dépasse tout ce que je n’osais imaginer quand je m’inventais des histoires, la nuit, dans le lit avant de m’endormir.

Edmond BAUDOUIN

L’exposition pour le Festival du Peu est une sélection de dessins issus de l’ouvrage Viva La Vida, qu’il a co-réalisé avec Troub’s en 2011. Comme un road-movie, crayon à la main, ils ont parcouru la ville de Ciudad Juarez, ville connue pour sa haute dangerosité, à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Une question au bout des lèvres : “Quel est votre rêve“? Contre un portrait dessiné le temps de cet échange, les habitants de Ciudad Juarez racontent...
Edmond Baudoin est souvent son propre scénariste, mais il a travaillé avec de nombreuses personnalités et travaille actuellement avec le mathématicien Cédric Villani — distingué de la médaille Fields en 2010 — à l’occasion de l’anniversaire de la disparition de Alan Turing, père de l’informatique moderne.

 

www.edmondbaudoin.com
contact@edmondbaudoin.com

 

 

Denis GRIDEL

 

 

Tipi
3 tronçons de bambou de 4,50m, liens acier, lest en plomb dans les pieds, h390x300x300, 2014 Tenségrité – les bambous ne se touchent pas, on peut “s’abriter“ dessous

 

 

Né en 1948. Sculpteur, également architecte-urbaniste jusqu’en 2009. Vit et travaille à Grasse

Dès 1970, pendant mes études d’architecture, je me suis intéressé aux structures autotendantes qui sont devenues sculptures. Dans les structures autotendantes, mobiles ou non, les éléments rigides ne se touchent pas, ils sont reliés par des liens en tension et sont interdépendants : chaque action sur l’un d’eux a des répercussions sur l’ensemble des autres.
La pratique cartésienne du découpage en causes et effets successifs paraît donner quelques bribes de compréhension du monde, mais ne parvient plus à expliquer ni prévoir lorsque les chaînes causales sont complexes. En 1972, le météorologue Edward Lorenz a illustré cette question par “l’effet papillon“. La pensée globale a toute sa légitimité à côté de notre logique cartésienne. Les structures autotendantes sont une belle illustration d’union de ces modes de pensée puisqu’elles nécessitent d’être conçues globalement ET doivent répondre à des logiques de mécanique statique. Dans mes travaux — à la fois sculptures et structures — ce sont les liens, les tensions, les fragilités, les équilibres, les rapports dans l’espace qui sont importants. Certaines sculptures sont mobiles, d’autres flottantes. Lorsque les tensions sont créées par un poids la sculpture posée sur le sol peut être intégralement mobile (contrairement aux mobiles classiques qui sont suspendus au-dessus du sol). Une des sculptures présentée à Bonson est un mobile intégral. Denis Gridel

 

Sculpteur, également
architecte-urbaniste
jusqu’en 2009.
Né en 1948.
Vit et travaille à Grasse.

ATELIER
13, impasse du Jeu de Ballon,
Grasse
04 93 36 17 18
06 29 79 23 52
denis.gridel@wanadoo.fr
www.denisgridel.fr

 

 

Marcos MARIN

 

 

“Il rapimento delle Sabine“
Paraphrase de Gianbologna,  4 mètres aluminium patiné, Monaco 2012


Les sérigraphies, peintures et sculptures tridimensionnelles combinent
lumière et mouvement. Les portraits des célébrités contemporaines
s’animent dès que l’on s’en approche, et les sculptures extérieures jouent avec le paysage environnant révélant des strates jusqu’alors inconnues. Le spectateur se trouve alors placé dans une situation qu’il déclenche et transforme, tant sa participation et son implication physique sont indispensables dans le dispositif de l’œuvre de Marcos Marin. L’artiste joue avec les lois de la perspective et compose une interaction des couleurs. En opposant une couleur chaude à une couleur froide, il crée ainsi unrenforcement de l’une au détriment de l’autre, la première avance dans l’espace, inversement pour la seconde.

La superposition des trames donne l’effet d’une œuvre changeante et mouvante. L’illusion optique produite par ces reliefs en perpétuelles vibrations nous fait croire à une mobilité des éléments du tableau ou de la sculpture.
Il s’agit bien là d’une ouverture dans l’espace, celle que Vasarely nommait
«la quatrième dimension». Cette relation des éléments les uns avec les autres produit des effets visuels quasi subliminaux, déjouant la  perception.
Et c’est cette perception avant tout qui est le mouvement.
Dans la lignée des précurseurs de l’art optique, Marcos Marin, grâce à sa grande maîtrise technique, réussit à insuffler une âme tangible à ses images.


 

Né au Brésil en 1967.
Vit et travaille à Monaco.

 

artbymarin@yahoo.com
artmarcosmarin.com

 

 

Maurice  MAUBERT

Chapelle St Antoine

 

 

SANS TITRE
Installation aux anciens abattoirs de Nice, Chantier Sang Neuf, 2011

 

Maurice Maubert a beaucoup voyagé (Asie, Grèce, Turquie, Espagne,
Tchécoslovaquie…). Les mers traversées n’ont cessé de le ramener aux rivages de ses origines… le port est une porte. Passée la digue, l’imaginaire rejoint le réel …

DEDANS SUR LE RIVAGE. LA NUIT …
PECHEURS DE MÉMOIRES.
BARQUE PERPENDICULAIRE. PIEDS NUS SUR LA BERGE.
ICI MONDE PLUS VASTE …
LES POISSONS DANS L’EAU.
LE CIEL !...
ET TOI …

La Méditerranée, cernée par ses côtes comme un immense lac irrigué par toutes les cultures, ne cesse d’interroger le peintre qui retrouve dans la Nice maritime son identité méditerranéenne.

 

Né à Nice en 1960.
Dessinateur, peintre, sculpteur
et chanteur.
Vit et travaille à Nice.

maumauart@hotmail.com



 

 

 

Patrick PINON (PP)

 

 

SANS TITRE
Série Vivre Ensemble, techniques mixtes sur toile, 100cm x 100cm, juillet 2013


Vit et travaille à Paris.
Ouvrier de la couleur et de la proclamation. Un labeur dans la présentation où la matière est lourde dans sa présence — pas des masses étalées au couteau — mais un rapport organique au médium. Compte — peut-être même plus que l’image — l’effort de graver le lino,
d’appliquer la peinture au rouleau, d’étaler le papier, la toile, la colle, la danse implicite du geste. Oui, le geste se répète, et ce faisant, une solidarité s’établit entre artiste et matière. D’abord, c’était ce rapport purement matériel, à la couleur, au trait, qui caractérisait son travail — l’abstraction du début.
Mais depuis longtemps maintenant, une représentation de matières à penser. L’écologie, l’expression humaine par le corps, le sport, la danse, et finalement, depuis quelques années, ce corps du/au travail, le réfugié, l’immigrant. Je disais donc, un geste qui pense. Qui dit en se répétant au jour le jour, d’année en année, où la toile devient le reste d’une représentation de la corporalité de l’expérience — d’où l’insistance sur l’éphémère chez cet artiste qui continue à afficher dans la rue, papier de soie, dont quelques jours de pluie ne laissent que des lambeaux épars… un mot, un visage peut-être.
FL Higginson

 

Peintre, créateur textile,
plasticien militant.
Vit et travaille à Paris

ATELIER
187, rue du Fbg Poissonnière - Paris 9
patrick-pinon@club-internet.fr
tél 06 77 36 80 63
www.patrickpinon.com

 

David Perez PALANCUS

 

 

 

Dotcom n°4
Acier découpé 100x100cm, 2014

 


© Quentin Deschamps


Baigné dans la culture de l’image, je m’efforce d’en brouiller la
perception pour chercher une frontière  entre  le  physique  et  la  conscience, j’utilise très souvent l’outil informatique comme étape intermédiaire de création.

J’ai toujours travaillé sur la relation qu’a l’être humain avec l’image, comment la couleur, la forme, la physique ou la lumière conditionne notre perception visuelle et son interprétation
consciente et inconsciente.

“L’acte de la découverte a un aspect disruptif et un aspect constructif.
Il faut qu’il brise les structures de l’organisation mentale afin d’agencer une synthèse nouvelle.“ Le Cri d’Archimède, Arthur Koestler, 1960.

Pour le Festival du Peu 2014, David Perez Palancus mène l’un des projets du fablab qui sera installé en juillet à Bonson. C’est en collaboration avec tous les visiteurs de l’exposition qu’il
réalisera une œuvre inédite.

Né à Cannes en 1973.
Vit et travaille sur la Côte d’Azur,
à Tanneron et Vallauris.

ATELIER
La Distillerie, Vallauris
www.palancus.com
palancus@gmail.com

 

Dominique ZOLDAZ Presbythère

 

 

 

Etude en rouge, série des Abstractions/Diffractions
60x60cm, tirage pigmentaire, encres HDR Ultrachrome
sur Premium Luster 260, monté sur Dibond 3mm

 



 

Dominique Zoladz est photographe et plasticien.
De formation autodidacte en architecture et photographie, son travail représente  plus  d’une vingtaine d’années de création et de recherche basées sur l’image et la photographie en incluant les collages qu’il considère comme des œuvres de jeunesse.
En 1980, lorsqu’il s’installe à Nice, Zoladz découvre les lumières et les couleurs du sud, plus particulièrement celles de l’Italie qui lui ont inspiré le travail sur les Mémoires comme un fil conducteur intemporel.
La rencontre avec le jardin extraordinaire de Bmarzo le fait dériver sur la colorisation des photographies noir et blanc et sur une recherche plus spécifique sur la statuaire.
Plus récemment, Zoladz commence le travail sur les Mosaïques, avec pour principal sujet l’architecture, réminiscence d’une ancienne formation professionnelle. Puis un beau jour, il franchit une étape qui le libère de ses amarres. Les Mosaïques, déclinées jusqu’alors en deux dimensions, prennent du volume et sont montées en cubes.
Dominique Zoladz ne cesse jamais la recherche de nouveaux thèmes de création car
“il convient de ne jamais cesser de rêver, d’imaginer et de ne pas perdre de vue la poésie des illusions“.

Pour le Festival du Peu, il expose des clichés de deux séries : Abstractions/Diffractions et L’Art est partout...
Pour ce deuxième volet, l’artiste écrit : “L’idée dominante de ce thème est de faire ressentir une émotion esthétique et graphique en regardant simplement certains détails de notre environnement urbain qui s’avèrent comme autant d’œuvres d’art involontaires façonnées par le passage du temps.“

“L’art est partout où on ne l’attend pas.“ Marcel Duchamp

 

 

11 rue Emmanuel Philibert, Nice
dominique.zoladz@wanadoo.fr
06 71 45 84 67


Blog : www.zoladzdominique.com
Site : www.dominiquezoladz.co
m

 

La boutique du Peu  Mairie
Retrouvez à la Mairie des œuvres petits formats des artistes de l’exposition, l’affiche, le catalogue et la Cuvée du Peu de cette édition.

 

 

 

LeFabLab expérience

 

Dominique ZOLADZ

 

Patrick PINON (PP)

 

Marcos MARIN

 

Marcos MARIN

 

"ren" by Peradotto

 

David PEREZ PALANCUS

 

Maurice MAUBERT

 

En marge du festival, la messe du Peu...

 

les musiciens

 

Denis GRIDEL

 

Le concert Ryoko Nuruki...

 

L'oeuvre collective dévoilée...

 

Agenda, 2ème semaine...

 

Le FabLab... expérience...

 

Des artistes et des oeuvres...

 

Au milieu des expos le FABLAB à ouvert ce week end...

 

Les artistes sont là : ils vous attendent...

 

La messe du Peu

 

FESTIVAL DU PEU : Vernissage le 12Juillet...

 

Les artistes du Festival 2014

 

Edito et messages des gens du Peu

 

Le programme autour du Festival

 

LE MUSEE DU PEU...

 

MERCI, MERCI, MERCI... UN PEU, BEAUCOUP !!!

 

LE VILLAGE DE BONSON

 

DES HOMMES AU SOMMET... DU PELLERE...

 

UNIK.TV ARTISTS GALLERY

Commentaires :
commentaires (0)
Nom :
Le plus regardé :

MERCI, MERCI, MERCI... UN PEU, BEAUCOUP !!!